Une soirée avec Sacha Guitry


La pièce

Une Soirée avec Sacha Guitry, c’est 9 pièces en un acte liées par le fil conducteur des chansons de Paris du début du XXe siècle. Ce spectacle a pour but de montrer une certaine panoplie des sujets sans doute favoris de Guitry. Voici ce qu’écrivit Henry Duvernois de lui : « Il a substitué à un esprit agréable, mais artificiel, qui était l’esprit de théâtre, un esprit direct et humain. […] Comment nier le progrès dû à Sacha Guitry dans l’écriture dramatique moderne ? C’est surtout grâce à lui que les lieux communs sentimentaux ou drolatiques nous sont devenus insupportables. Nous serions condamnés à ce XVIIIe siècle de tapissiers et à tous les retapages plus ou moins ingénieux de Marivaux, de Crébillon le fils et de Meilhac et Halévy sans le coup de poing triomphant dont Sacha Guitry a crevé ces vieilles toiles. Et ce n’est pas seulement le choix du sujet, ce n’est pas l’ingéniosité, ce n’est pas son entente de la scène qui font de Sacha Guitry un véritable novateur, c’est avant tout son style dramatique, c’est son écriture. Lisez le dialogue de Sacha Guitry, étudiez-le comme on étudie un maître. Voilà le dialogue du théâtre, du très grand théâtre. »

L’auteur

Le 21 février 1885 naît Alexandre-Georges-Pierre Guitry, dit Sacha, fils d’un père comédien, l’illustre Lucien Guitry, et d’une mère comédienne, Renée de Pontry. C’est à Saint-Petersbourg, sa ville natale, qu’il monte sur scène pour la première fois en 1890 comme petit figurant dans une pièce montée par son père en collaboration avec un grand comédien russe nommé Davidof . Mais c’est à 5 ans qu’il arrive en France et à 72 qu’il décède dans la capitale française le 24 juillet 1957 au terme d’une vie bien remplie. Après des années de collège diffiles, Sacha écrit sa première comédie en 1901 : Le page, dont il fait une opérette au Théâtre des Mathurins et qui connaît un succès honorable en avril 1902. Son véritable premier rôle au théâtre, il le décroche en novembre 1904 dans la pièce de Maurice Donnay, L’escalier.

A partir de 1905, on peut éclairer sa vie d’une lumière nuptiale. Car en avril 1905, il s’établit avec la comédienne Charlotte Lysès (17 mai 1877 – 6 avril 1956), dont Lucien aussi était amoureux, l’épouse en août 1907 et divorce en juillet 1918. Entre temps, ils auront partagé 19 pièces. En avril 1919, il se marie avec Yvonne Printemps (25 juillet 1894 – 18 janvier 1977) avec qui il crée 34 pièces, la fait jouer dans un film, et divorce en novembre 1934. Jacqueline Delubac (2 mai 1907 – 14 octobre 1997) devient sa troisième femme en février 1935, elle joue 23 pièces de son mari, interpréte 11 de ses films et… divorce en avril 1939. En juillet de la même année est célébrée son union avec Geneviève de Séréville (3 mai 1914 – 6 juillet 1963) : 5 créations théâtrales, 5 films, divorce en juillet 1949. Enfin, Lana Marconi (8 septembre 1917 – 8 décembre 1990) : noces en novembre 1949, 7 pièces, 12 films et… pas de divorce puisque Monsieur décède avant !

Mais on peut aussi raconter sa vie en se penchant sur le versant artistique. Et on se dit que l’œuvre de Sacha Guitry est colossale, qui lui apporte gloire et succès, à la mesure de son talent, immense. A la fois auteur, comédien, réalisateur, il réalise 36 films (dont 17 sont tirés de son théâtre et 19 réalisés à partir de scénarios originaux) et 124 pièces de théâtre. Il en joue certaines en tournée à l’étranger et devant des monarques. Beaucoup d’entre elles demeurent des classiques du théâtre français. On pourra néanmoins lui reprocher d’écrire souvent de longs monologues qu’il interprète lui-même, les autres acteurs faisant alors office de faire-valoir : eux jouent pour permettre à lui de reprendre son souffle !

Qu’importe. Durant sa vie, il sort plus de 30 ouvrages, 9 autres à titre posthume, rédige plus de 15 préfaces, signe près de 900 articles de presse, donne à entendre une quarantaine de causeries, participe à presque 270 émissions de radio et de télévision, enregistre une trentaine de disques, dessine plusieurs centaines de caricatures, peint des dizaines de tableaux, et sculpte 3 bustes, de Jules Renard… Voilà en chiffres, essentiellement, résumée la vie de Monsieur Sacha Guitry. Qu’il nous excuse.

La distribution

C’te Pucelle d’Adèle

Adèle GLAVIAULT : Deborah SENANEDJ ; Le Père GLAVIAULT : Michel GERVAIS ; La Mère GLAVIAULT : Carine DANCHIN ; Firmin CRESSON : Valerio NOGUEIRA

Une Paire de Gifles

L’Amant : Olivier PEYROT ; La Femme : Sandrine HATON ; Le Mari : Didier BAZZALI

L’Ecole du Mensonge

Jean VERMOREL : Alban METAIS ; Sylvette FERRAND : Hélène MELONE ; Gisèle URBAIN : Elise PAYAN

Une vilaine Femme brune

Elle : Anne-Marie LESTEL ; Lui : Alain TRICAU

On passe dans huit Jours

Le Directeur du Théâtre : Georges GRANER ; Le Régisseur : Alban METAIS ; L’Auteur : Didier BAZZALI ; L’Actrice : Manuela LE GUERN

L’Ecole des Philosophes

Sylvie : Sandrine HATON ; Denis DIDEROT : Alain TRICAU ; Madame GEOFFRIN : Anne-Marie LESTEL

Une Lettre bien tapée

Le Voyageur : Sébastien GIMENEZ ; La Dactylo : Elise PAYAN

Le Renard et la Grenouille

Jeannette : Alicia ANDRES ; Rosy : Manuela LE GUERN ; Lucien : Michel GERVAIS

Cigales et Fourmis

Le Baron Taylor : Georges GRANER ; Le Domestique : Sébastien GIMENEZ ; La Comédienne : Hélène MELONE ; Le Comédien : Olivier PEYROT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s